DETECTIVE CHINATOWN – Sherlock chinois – 8/10

DETECTIVE CHINATOWN2015Chine – 2h16 – réalisé par Sicheng Chen avec Baoqiang WangHaoran LiuHe Chen

L’intro

Incroyable découverte que ce film dont la suite est sortie cette année. J’avais du temps à tuer et je me suis dit que si il y avait une suite ça voulait dire que le premier devait pas être trop mal. C’est bien le cas.

L’histoire

Un jeune qui rêvait d’intégrer la police mais qui a échoué plusieurs fois va rendre visite à son oncle en Thaïlande, célèbre détective sur le papier, charlatan en vérité. Ils vont tous les deux enquêter sur un meurtre dans lequel l’oncle est le principal suspect.

La critique

On est dans de la comédie qui en fait des caisses, à base de grimaces, de personnages hauts en couleurs le tout avec une pincée d’absurde. Forcément ça ne plaira pas à tout le monde, moi ça m’a beaucoup plu. L’oncle joue très bien l’idiot, le jeune est là pour remonter le niveau intellectuel et c’est comme ça qu’on obtient un duo complémentaire dont on va suivre les aventures.

Un meurtre, une enquête, l’occasion de rajouter des personnages secondaires en l’occurrence deux départements de police concurrents et dans des styles très différents, un autre duo comique. Et comme si ça ne suffisait pas on prend trois truands aux looks particuliers et franchement pas malins histoire de se marrer. Une femme pour compléter mais dans un rôle plus mineur, le casting est complet c’est parti pour rigoler.

En vrai de vrai il faut attendre un petit peu que tout soit posé correctement dans le premier quart d’heure, quelques petites blagues à se mettre sous la dent sans que ce soit la folie non plus. C’est quand l’enquête débute que tout s’emballe avec un système plutôt simple. Le neveu et son oncle sont un peu drôles. Les deux policiers aussi. Alors quand on croise tout le monde c’est encore plus drôle. Même principe avec le truands, encore plus vrai quand tout le monde est réunis comme dans une scène hilarante chez la voisine. Simple mais efficace.

Je m’amuse, je rigole, c’est cool. C’est déjà bien mais là où c’est fort c’est qu’en trame de fond on a une vraie enquête policière avec une énigme digne de Sherlock Holmes. Agréable à suivre et très forte en rebondissements, jusqu’à la toute fin. Plus de deux heures de films qui finalement se justifient bien.

Conclusion

C’est drôle (en tout cas ça m’a fait beaucoup rire), c’est bien pensé avec de bonnes idées de mise en scène et une enquête loin d’être simpliste, un très bon moment, en attendant de voir la suite. 8/10.

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

THE FINAL GIRLS – original au début – 3/10

THE FINAL GIRLS2015États-Unis – 1h28 – réalisé par Todd Strauss-Schulson avec Taissa FarmigaMalin AkermanAdam Devine

L’intro

La magie d’IMDB, tu cherches une vielle série, tu retombes sur une autre vieille série, tu regardes ce que sont devenus les acteurs ET BIM tu atterris sur ce film dont les critiques vantent son originalité.

L’histoire

La fille d’une actrice de seconde zone décédée se rend avec des amis à la projection du slasher movie qui a fait le succès de sa mère. ATTENTION SPOILER ça se passe pas très bien ils essaient de s’enfuir ET PAF, ils se retrouvent dans le film.

La critique

C’est pas un vrai spoiler puisque ça arrive direct au bout de 10 minutes de film mais comme pour Triangle, je ne connaissais rien du film donc c’était plutôt une bonne surprise de découvrir cette dose de fantastique dans l’histoire. Disons que les 20 premières minutes sont les plus réussies avec pas mal de surprises et un scénario vraiment original, tout pour faire un très bon film.

the-final-girls05_1

Malheureusement les deux tiers restants déçoivent. Comme on est dans le film, la fille revoit sa mère et enchaîne les scènes larmoyantes (pour elle) coincée entre « ça me fait plaisir de te revoir » et « je veux pas que tu meurs dans le film ». Les autres personnages du slasher film sont hyper caricaturaux, c’est voulu et c’est bien marrant mais les scènes s’enchaînent de façon un peu bizarre sans exploiter à fond ces personnages.

final-girls-movie-image-2-1600x900-c-default_1

Plus ça avance et plus je décroche, ça commence vraiment à baisser d’intensité, ce n’est plus drôle, les meilleurs personnages disparaissent trop vite, les incohérences commencent à arriver (notamment un flashback qui embarque tout le monde alors que 15 min avant il était super sélectif), bref je m’ennuie mais le réalisateur s’en fout et se fait plaisir jusqu’à la fin avec des scènes improbables. Pire, il nous met un bêtisier au générique de fin qui me fait plus rire que le film tout entier…belle démonstration.

Conclusion

Un pitch original ça ne fait pas tout, surtout pour un long métrage et même si le premier tiers est très bien géré ça ne suffit pas à rattraper le reste. 3/10.

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

BAJIRAO MASTANI – beau mais c’est tout – 3/10

BAJIRAO MASTANI2015Inde – 2h38 – réalisé par Sanjay Leela Bhansali avec Ranveer SinghDeepika PadukonePriyanka Chopra

L’intro

Ceux qui s’intéressent au cinéma, pas forcément indien, ont sans doute déjà entendu parler de Devdas qui avait à l’époque réussi à atteindre l’Europe. Et bien c’est le même réalisateur qu’on retrouve ici.

L’histoire

Il y a longtemps, un guerrier marié chez lui, fait un détour pour sauver un autre roi que le sien à la demande de la fille du roi. Coup de foudre. Dilemme.

La critique

En vrai toute l’histoire est résumé plus haut. Il se passe absolument rien après. C’est à dire qu’on nous présente les personnages, on met tout en place et puis POUF l’élément perturbateur, à savoir la fille du roi, l’amour qui semble impossible. Et basta, le film continue quand même mais l’intrigue reste au point mort. Pas vraiment intéressant du coup.

bajirao-mastani-8-rcm0x1920u

En attendant on se console sur les décors, qui sont beaux, les costumes qui sont très beaux et les musiques et chansons qui sont également de très bonnes qualité, mention spéciale à la chanson Deewani Mastani dans la salle des miroirs avec une Deepika Padukone qui danse divinement bien. Mieux qu’elle joue en tout cas. Niveau interprétation c’est Priyanka Chopra qui gagne. Mais voilà c’est tout hein, je vous ai déjà dit que l’histoire bouge pas d’un poil alors bon, y’a pas grand chose à dire sur le reste, on s’ennuie un peu et c’est pas passionnant, on s’attache à personne…

Conclusion

Un film dont le seul intérêt repose sur les chansons qui sont de toute façon disponibles sur Youtube gratuitement. On a l’impression que le film a été construit autour, histoire de leur donner un sens, mais c’était pas forcément la peine, ça vaut pas le détour. 3/10.

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

INDRU NETRU NAALAI – pas le chien – 7/10

INDRU NETRU NAALAI2015Inde – 2h26 – réalisé par R. Ravikumar avec Vishnu VishalMia GeorgeKarunakaran 

L’intro

Sur ma liste de films à voir depuis un certain moment, dans la lignée de 24, on joue avec le temps.

L’histoire

Une machine à remonter le temps arrive à notre époque. Des gens la trouvent et l’utilisent pour rigoler. Ben c’est pas rigolo, faut pas faire n’importe quoi merde !

La critique

On le sait, c’est dit et répété dans tous ces films de voyage dans le temps, si tu changes un truc minime dans le passé, ça te change ton présent et ton futur. C’est toute cette démonstration qui est refaite avec un point de vue plutôt intéressant puisque les personnages principaux n’influent pas sur leur vie mais sur celles d’autres personnes à qui ils sont indirectement reliés. Oui bon c’est compliqué comme phrase, regardez le film, vous comprendrez.

indru netru naalai future

Bref, le scénario est habile et si la première partie nous fait voir des jeunes qui s’amusent avec une machine à remonter le temps, la seconde est consacrée aux erreurs à réparer. Avec un vrai méchant qui fait peur c’est tout de suite plus intéressant. Les effets spéciaux sont corrects, la musique aussi, on est bien en deçà de 24 mais ça reste un film agréable à regarder avec une bonne dose de suspens.

Conclusion

Un bon film de science fiction avec une machine à remonter le temps, original par son point de vue et son scénario, sans être pour autant au niveau de 24. C’est quand même bien joué ! 7/10.

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

THE INVITATION – glauque – 7/10

THE INVITATION2015États-Unis – 1h40 – réalisé par Karyn Kusama avec Logan Marshall-Green, Emayatzy Corinealdi, Michiel Huisman

L’intro

Dans ma liste de films peu médiatisés mais potentiellement intéressants se trouvait depuis un petit moment ce film là. Curieux j’ai regardé. Déçu j’ai était.

L’histoire

Des gens invitent d’autres gens à dîner. Mais ils sont un peu bizarres quand même.

La critique

Le pitch initial n’a rien de nouveau clairement mais c’est dans le déroulé de l’action et dans les personnages que se film se démarque des autres. Tout le monde est content d’arriver pour partager un dîner même si il y a quelques histoires, des évènements passés pas forcément importants mais qui sont là pour lier les personnages entre eux. Pas tous, juste deux en réalité, les autres ne sont là que pour faire de la figuration, à l’inverse d’un Cohérence où tout le monde a un rôle à jouer.

the invitation

Le personnage principal, sosie célèbre de Tom Hardy, n’est pas comme tout le monde. Peut-être un peu fou, il est surtout très méfiant et c’est ça qui est intéressant ici, quand on rentre dans des situations douteuses déjà vues plein de fois dans d’autres films, avant que ça ne tourne mal, il est là pour agir comme nous, spectateur. Un exemple concret, le proprio qui ferme la porte à double tour, super louche. Dans un film classique, ça passe, mais pas ici, en évoquant quelques règles de sécurité incendie il arrive à garder la porte ouverte. Une manière diplomate de dire « toi je te sens pas mec », réaction logique après tout puisqu’ils sont entre « amis ».

TheInvitation_Trailer

Cette méfiance que partage le spectateur est présente tout le long, mais un peu trop paranoïaque à un moment donné, on se demande, comme le héros, si on n’en fait pas trop. C’est à ce moment très précis, minuté à la perfection, que tout bascule avec encore une fois un assez bon réalisme. Alors qu’on pense avoir eu affaire à une belle surprise, la scène finale casse un peu le délire et nous fait perdre l’équilibre qu’on avait perçu jusqu’alors avec une situation trop peu crédible puisqu’il se passe exactement la même chose, au même moment, un peu partout autour…même pas en rêve.

Conclusion

Quelques longueurs, des acteurs plus figurants qu’autre chose et une scène finale décevante mais qui n’empêche pas d’apprécier le film, juste dans son déroulé et qui fait appel à un personnage principal qui se fait vraiment écho des pensées du spectateur. Un film qui fait travailler un minimum le cerveau, 7/10 pour l’effort.

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

THE GIFT – c’est pas un cadeau – 4/10

THE GIFT2015États-Unis – 1h48 – réalisé par Joel Edgerton avec Jason Bateman, Rebecca Hall, Joel Edgerton

L’intro

A la recherche de petit frisson, j’ai jeté mon dévolu sur The Gift, sans en attendre grand chose vu que ça avait l’air moyen +. En vrai c’était moyen -.

L’histoire

Un couple qui déménage, la femme au foyer, le mari plein d’ambition, qui retrouve au hasard d’un magasin, une ancienne connaissance du collège.

La critique

C’est le premier long-métrage de Joel Edgerton qu’on a plutôt l’habitude de voir en mode acteur, comme dans Warrior. Et il décide de jouer dedans ce qui est généralement risqué. Et bien pas forcément ici puisqu’il joue bien le rôle du copain d’école un peu bizarre et il arrive à faire peur comme il faut quand il le faut.

the-gift-11_gift_437_df-05234_rgb

Pour autant ne vous emballez pas trop vite, même si les acteurs principaux sont bons, ça met beaucoup de temps à vraiment démarrer. Il y a plusieurs histoires qui viennent se rajouter sans apporter grand chose, des faux problèmes, de fausses révélations et des dénouements qui ne sont pas vraiment intéressants. En gros, je me suis ennuyé un peu pendant tout le film à l’exception d’une scène où j’ai sursauté, mais c’est malheureusement la seule.

the gift tout le monde

Le finish se veut incroyable mais il ne l’est pas et sans rien révéler, il m’a tout de suite fait penser à Aval que j’avais vu quelques semaines plus tôt. Si on le replace dans la vraie vie, ça tient encore moins debout, donc tout ça pour pas grand chose, ça déçoit forcément.

Conclusion

La réalisation est bonne, les acteurs aussi mais c’est l’histoire qui est absente, sans grand intérêt, comme le film. 4/10.

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

BADLAPUR – frustrant – 4/10

BADLAPUR2015Inde – 2h08 – réalisé par Sriram Raghavan avec Varun DhawanNawazuddin SiddiquiYami Gautam 

L’intro

Dans la même série que Mardaani, un autre film, toujours en provenance d’Inde, dont la version que j’ai vue était censurée. Pareil je l’ai remarqué en regardant la bande annonce un poil plus violente que le film. D’ailleurs dès que y’avait du sang, ça passait en noir et blanc. Est-ce que j’aurai plus apprécié le film dans sa version non censurée ? Peut-être.

L’histoire

Une femme et son fils sont pris en otage et tués sans faire exprès. Le mari est vénère et va chercher les coupables.

La critique

Une histoire de vengeance relativement classique mais qui parvient quand même à se démarquer sur plusieurs points. Dans la première partie, on suit à la fois la vie du mari mais aussi celle d’un des deux présumés coupables, sa vie en prison (qui a l’air plutôt tranquille), sa mère qui lui pardonne, etc… Bref même si c’est pas forcément très réaliste sur cette partie c’est quand même intéressant d’avoir ce point de vue. Côté mari c’est plus classique, il est vénère et tente de faire avouer le prisonnier. Qui est très fort pour faire l’anguille et inventer des mensonges en temps réel. Une mention spéciale pour l’acteur qui l’interprète, il est très bon.

badlapur two guys

Et puis 15 ans passent (ou 20 je sais plus, mais beaucoup quoi) et l’histoire trouve un second souffle puisque le deuxième suspect jusqu’alors secret, fait son apparition. Pas de quoi s’affoler pour autant ça reste légèrement mou du genou. Et pas forcément crédible sur certains passages. Et c’est sans doute là que la censure peut gâcher le film, car toute la haine et la fureur emmagasinée par le personnage principal va exploser, brutalement, sans prévenir, dans une version que j’ai eu monochrome et raccourcie. 

varun-dhawan-and-nawazuddin-siddiqui-in-badlapur

Pour autant ça n’excuse pas tout et même si l’idée est bonne, les points de vue intéressants, la sauce ne prend pas assez pour que ce final soit une apothéose pour le spectateur. D’autant plus qu’on nous rajoute une dernière partie un peu trop mielleuse à mon goût pas crédible pour un sou.

Conclusion

Une histoire de vengeance originale dans sa construction mais qui pêche par des passages peu crédibles et un rythme plutôt mou, 4/10.

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

VETERAN – très drôle au début – 7/10

VETERAN (BETERANG) 2015Corée du sud – 2h03 – réalisé par Seung-wan Ryoo, avec Jung-min Hwang, Ah-in Yoo, Hae-jin Yoo

L’intro

Je ne sais plus comment je suis arrivé à connaître ce film. Peut être via un de ses acteurs principaux, qui joue le chaman dans The Strangers. La note IMDb n’était pas trop mauvaise alors je me suis laissé tenté.

L’histoire

Un policier rencontre un employé poussé à bout par son employeur, il va mener l’enquête pour faire tomber le chef.

La critique

C’est drôle dès la scène d’entrée où un couple cherche une voiture de luxe à acheter. La fille joue la cruche à la perfection et le mari fait son gros riche. Ce sont en réalité deux policiers en pleine enquête sur un trafic automobile. Efficaces, on les retrouve un peu plus tard avec toute leur équipe dans un style peu académique. Ils sont marrants, maladroits un peu mais ils arrivent à leur fin. 

veteran_558680_8788

Action comédie pas mal gérée qui va atteindre son apogée dans une scène d’anthologie sur les quais d’un port. Avec un fond musical entraînant, les policiers se jettent littéralement sur les bandits, du grand n’importe quoi, ça court dans tous les sens, ça se cogne après un saut raté, ça se coince entre deux containers, ça refuse de se rendre, en footing, accompagné par une camionnette de police. Impossible de retranscrire par écrit l’humour de la scène, mais j’en ai pleuré. 

Une fois cette enquête bouclée, on passe à l’intrigue principale avec l’employé et son patron. On dérive un peu vers le drame social et l’histoire se ralentit beaucoup plus. Plus lent donc, moins drôle même si il y a deux trois gags par-ci par-là, le film baisse en intensité. Le méchant est un peu trop caricatural un peu comme dans The Raid 2, un fils de boss mal élevé qui s’en fiche un peu de la loi. Son bras droit est un personnage intéressant, dévoué à la famille du patron, prêt à salir son nom pour blanchir celui de son boss.

beterang team

On assiste à un duel à distance, à des tentatives d’intimidation, des arrangements à l’amiable, un peu de corruption, de lourdeur administrative, bref les dessous d’un scandale qui implique une grande entreprise. Intéressant. Le dénouement, attendu est pas trop mal puisqu’on a le droit cette fois-ci à un vrai face à face avec descente de police en prime. 

Conclusion

Très drôle et plaisant au début, le film perd ensuite en intensité et devient moins rythmé. Même si il y a quelques longueurs le film reste plaisant à regarder mais la meilleure partie se situant au début on peut être un peu déçu de la suite. 7/10 parce que c’est pas si mal et j’ai bien rigolé.

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

TRUMAN – touchant – 9/10

TRUMAN 2015Espagne – 1h48 – réalisé par Cesc Gay avec Ricardo Darín, Javier Cámara, Dolores Fonzi

L’intro

Je l’avais raté lors de sa sortie au cinéma alors que c’était un film qui avait l’air bien, je me suis rattrapé depuis et j’ai bien fait. 

L’histoire

Un espagnol qui vit au Canada va rendre visite à son ami de longue date atteint d’un cancer et qui habite à Madrid. 

La critique

Rien à voir avec Truman Capote donc, ici on a le droit à un film sur la mort. Super hein ? Ben en vrai c’est pas mal fait du tout, si le personnage est plutôt résigné et si le sujet est plutôt triste, c’est très bien dosé. Un bon mix entre la joie de vivre d’un côté avec un aller retour Madrid Amsterdam dans la journée et quelques soirées bien arrosées et la préparation de la mort de l’autre avec toujours une pointe d’humour, qui va s’occuper du chien Truman ? 

freunde-frs-leben-2-rcm0x1920u

C’est sans doute la principale force du film à laquelle j’ajoute une réalisation maîtrisée avec des très bons plans et bien sûr, deux très bons acteurs, on a vraiment l’impression qu’ils sont potes depuis super longtemps, complices et pudiques à la fois.

Conclusion

Une agréable découverte, très très bien jouée et surtout merveilleusement maîtrisée sur un sujet sensible certes mais évoqué avec humour. 9/10

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.

THE MAN FROM U.N.C.L.E. – amusant – 6/10

the-man-from-uncle-roma

THE MAN FROM U.N.C.L.E.2015États-Unis – 1h56 – réalisé par Guy Ritchie, avec Henry Cavill, Armie Hammer, Alicia Vikander

L’intro

Guy Ritchie il est connu. Aucun rapport avec Lionel mais quelques films à son actif dont le célèbre Snatch. De retour pour l’adaptation au cinéma d’une série sans doute un peu vieille et pas forcément connue en France. Pas mal. 

L’histoire

En pleine guerre froide, un espion de la CIA et un autre du KGB ont pour mission de retrouver un scientifique sur le point de construire une bombe nucléaire pour des méchants italiens. Ils vont trouver sa fille en espérant quelle pourra les amener à lui. 

La critique

Il ne faut pas beaucoup de temps pour qu’on ai le droit à une jolie scène d’action en plein Berlin, histoire de bien poser les personnages de cette histoire. L’américain fait son beau gosse, le russe ne pense qu’à l’efficacité et la fille ne joue pas très bien en plus de commencer à être reloue. Mais c’est déjà plaisant.

Petit spoiler mais ça arrive juste après l’intro dans le film, les deux agents vont devoir faire équipe pour sauver l’humanité. C’est là que le film commence vraiment et qu’on rigole un peu. Les deux agents n’ont pas les mêmes méthodes, un coup c’est le russe qui va se moquer de l’américain, un coup ça va être l’inverse, ils se chambrent assez facilement avec humour. 

the-man-from-uncle

Si le film est bien rythmé dans son ensemble et plaisant, il est aussi bien construit en terme de scénario, rien d’extraordinaire, un petit rebondissement par là, c’est l’efficacité qui prime. Il reste quand même quelques passages irréalistes où ces espions parlent de leur plan librement dans la rue, ou se jette sur le whisky du méchant sans prendre de précaution, gros amateurisme

Une très bonne utilisation du second plan, trop rarement utilisé en règle général mais toujours aussi efficace en terme d’humour comme on peut le trouver dans The Brothers Bloom avec le coup du palmier ou Les Gardiens de la galaxie avec le générateur en prison pour ne citer qu’eux. Ici on a le droit à une danse endiablée dans une chambre d’hôtel, un picnic improvisé avec une course poursuite en bateau en arrière plan et un pauvre bonhomme ligoté à une chaise dont les héros se demandent ce qu’il peuvent en faire. Rien à redire, ça fonctionne bien, c’est drôle. 

the-man-from-u-n-c-l-e-armie-hammer-henry-cavill

Côté interprétation c’est pas mal, seule Alicia Vikander se démarque tellement elle est pas terrible

Conclusion

Un chouette film d’espion, drôle, avec un peu d’action, l’association agent russe et américain fonctionne bien, sympa mais sans plus, 6/10

T’es pas d’accord avec ma critique ou au contraire tu penses la même chose ? Laisse ton avis en commentaire tout en bas. Et pour rester informé des nouveaux articles, tu peux me suivre sur facebook sur twitter ou être alerté directement par mail.